Les matelas sont-ils la source de substances toxiques pour bébé ?

Si les adultes passent environ 8 heures par jour dans leur lit, pour les bébés la moyenne est de l’ordre de 14 heures. Ce temps considérable passé au contact du matelas nous amène à nous interroger sur l’innocuité de ceux-ci. Néanmoins, il est difficile de connaître précisément la composition des matelas, et donc l’évaluation des risques liés à leur utilisation s’avère difficile.

La plupart des matelas conventionnels fabriqués aujourd’hui sont garnis de mousse de polyuréthane à laquelle des retardateurs de flamme sont souvent ajoutés. De plus, un grand nombre de propriétés (antitache, anti-acarien…) font appel à des traitements par des substances chimiques. Ces différentes caractéristiques donnent lieu à des émissions par dégazage de produits pouvant se révéler nocifs tels que les Composés Organiques Volatils (COV), les retardateurs de flamme ou encore les phtalates. Il faut aussi prendre en compte les émissions de poussières provenant de la mousse du matelas.

Une équipe américaine s’est penchée sur les éventuels dangers des matelas, il s’avère que :

  • Les émissions de COV sont plus importantes pour les matelas neufs que celles des usagés,
  • Les mousses en polyuréthane libèrent plus de COV que celles en polyester,
  • Il y a plus de phtalates dans les matelas anciens que dans les matelas récents (dû à une réglementation des utilisations des phtalates).

Les phtalates et les retardateurs de flamme peuvent interagir avec les hormones, puisque ce sont des perturbateurs endocriniens. Certains COV sont suspectés d’être un facteur de risque de cancers. Afin de disperser les polluants il est recommandé d’aérer quotidiennement la chambre de l’enfant.

Pour limiter les risques :

  • Il a été prouvé que l’utilisation d’un protège matelas limite l’émission des substances contenues dans la mousse du matelas.
  • Choisir un matelas en laine ou coton
  • Privilégier une alèse imperméable en polyéthylène au lieu du PVC qui peut libérer des phtalates et si l’enfant est propre la nuit, opter pour une alèse en laine
  • Eviter les matelas affichant des propriétés suggérant un traitement par un produit chimique
  • Pour le linge de lit, se tourner vers les draps 100% coton et peu coloré et laver le avant la première utilisation.

Pour des questions de sécurité liée au couchage, est recommandé d’acheter un matelas neuf pour l’arrivée de chaque nourrisson. Il est également important de se méfier des matelas d’occasion dont la provenance est incertaine, qui peuvent être contaminés (acariens, puces, galle…).

 

Brandon B et al. , 2014. Infant Exposure to Emissions of Volatile Organic Compounds from Crib Mattresses, Environmental Sciences & Technology, 48, pp. 3541-3549.

Publié dans FAQ

11 octobre 2018 : Session de formation « Cosmétiques et périnatalité » à destination des Pharmaciens à Amiens

Dans le cadre d’une action portée par l’URPS Pharmaciens Hauts-de-France, des sessions de formation « cosmétiques et périnatalité » sont proposées aux pharmaciens.

Ces formations, s’appuie sur le guide de conseils sur les produits cosmétiques qui a vu le jour fin 2017.

Action portée par l’URPS Pharmaciens Hauts-de-France, en partenariat avec le projet Fees, l’APPA & la faculté de Pharmacie de Lille et financée par l’ARS Hauts-de-France.

Etudes sur la consommation d’alcool pendant la grossesse et sur ces conséquences

Dans un article paru dans La santé en action, et à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) qui s’est tenue le 9 septembre 2018, Santé publique France :

  • publie pour la première fois une estimation nationale des troubles causés par l’alcoolisation fœtale diagnostiqués chez les nouveau‑nés ;
  • présente les résultats du Baromètre santé 2017 sur la consommation d’alcool pendant la grossesse.

Retrouvez l’article « Consommation d’alcool et grossesse »
paru dans la revue La santé en action N°445 – Septembre 2018